Mardi 26 novembre 17h00 - Port de la pointe des Galets, la Réunion.

La fenêtre météo est bonne. Un bel anticyclone se positionne au sud de Madagascar. De quoi nous apporter des vents favorables pour la première partie de la traversée. La suite, impossible à dire. Les prévisions météo s’entendent à 10 jours, mais les prévisions à plus de 4 jours sont purement théoriques dans cette région. Nous verrons bien, il existe des solutions de repli si les choses dégénèrent. Ce qui est sûr, c’est que nous aurons le droit à une baston, 12 jours de mer dans des eaux proches des mers du sud ne nous ferons pas de cadeau.

Le topo est « simple », l’anticyclone nous permettra de passer le cap sud de Madagascar sans encombre. Attention de ne pas passer trop près des côtes, les fonds peuvent lever une mer mauvaise. Ensuite cap plein ouest, direction la frontière entre le Mozambique et l’Afrique du Sud. Histoire de ne pas descendre trop sud si une dépression décide de remonter vers nous dans le canal du Mozambique. Quelques centaines de miles avant les côtes africaines cap au sud ouest direction Richards Bay. C’est la que les choses se compliquent, nous arrivons dans la veine du courant des aiguilles, un puissant courant qui pousse de 4 à 7 noeuds. Si ce courant rencontre une dépression qui amène des vents contraire, la mer peut être monstrueuse avec des creux que l’on surnomme « briseurs de cargos ». Bref, mieux vaut ne pas être là au mauvais moment.

Un cargo en mauvaise posture dans les eaux sud africaine.

J’ai pris contact avec Des Cason, un ancien tour du mondiste résidant en Afrique du Sud qui propose de router gratuitement les voiliers. Nous échangerons via téléphone satellite. Bien au chaud chez lui il aura une meilleure visibilité de la météo globale et des évolutions. Il pourra me tenir informé si les choses dégénèrent. Cela est rassurant, j’espère pouvoir croiser ce brave homme qui est une véritable Bénédiction pour nous marins dans ces eaux peu accueillantes.

Dernier point météo, tout est au vert pour les premiers jours. Tiens, les prévisions à 10 jours montrent la formation d’un cyclone au nord est de Madagascar qui vendra s’abattre sur la Réunion ou Maurice. Les probabilités que cela se réalise sont très faible mais bon cela démontre bien que la saison des cyclones a bel et bien commencée et qu’il faut quitter « l’île intense ».

« Parés les gars? », un bruit de bignou commence à se faire entendre. Nos compagnons de route bretons, Mélanie et Romeric sur leur voilier Rederbro en ont décidé autrement. Biniou a fond, une bière pour chacun et un magnifique far breton, sacré pot de départ. Après quelques mois à naviguer côte à côte, nos routes se séparent. Eux restent ici pendant la saison cyclonique pour remplir la caisse de bord. En souvenir, nous aurons le droit à un rhum arrangé litchi miel gingembre estampillé d’une étiquette Rederbro. Un souvenir qui ne perdurera pas au temps mais nos moments passés ensemble aux cocos keeling, à Rodrigues et à la réunion, eux resteront gravés dans nos mémoires.

18h00, les amarres sont larguées, biniou, coup de corne de brume, « Kenavo ar wech all » les amis. Nous nous éloignions au moteur sur une mer d’huile avec les rayons du soleil couchant qui illuminent une dernière fois les pitons de la Réunion.

Dernier regard sur la Réunion…

Mercredi 27 novembre - 21°41S 54°05E

Une nuit au moteur, une faible brise au lever du soleil nous permet d’avancer péniblement à la voile. Les dauphins sont venus aussi nous souhaiter bonne route, je ne suis pas superstitieux mais pour moi ces moments magiques sont toujours bon signe.

Les premiers jours de navigation seront lent, le temps de retrouver l’anticyclone un peu plus sud qui nous amènera du vent. Le soleil se couche, le vent aussi, notre Volvo reprend du service.

Jeudi 28 novembre - 22°46S 52°35E

Magnifique lever de soleil sans un nuage. Toujours pas de vent, le moteur tourne encore toute la journée. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable mais il faut avancer. Durant la nuit une mini brise permet aux voiles de prendre le relais mais cela reste très faible, au moins nous économisons du gasoil.

Vendredi 29 novembre - 23°33S 51°24E

Adieu tropiques, après plus de deux ans passés sous ces latitudes, Sedna franchit le tropique du capricorne. Nous n’avons jamais été aussi Sud durant le voyage.

Notre progression est toujours lente mais des cumulus sur l’horizon annoncent l’arrivée de l’anticyclone. Nous franchissons quelques petits grains et le vent fait son apparition. Enfin!

Nous avançons à environ 4 noeuds, pas terrible comme vitesse. Le courant doit être contre nous.

Un des nombreux cargos que nous croisons sur notre route.

Samedi 30 novembre - 24°31S 49°45E

Le vent est constant, la mer est belle, c’est encore une belle journée sous voile. Nous retrouvons des courants favorables qui augmentent notre vitesse.

Le vent n’est pas encore très fort mais une petite houle venue d’une dépression bien plus sud chahute Sedna et fait parfois claquer les voiles.

Un petit thon jaune s’invite à bord, miam.

Dimanche 1 décembre - 25°42S 47°46E

Nous approchons du cap sud de Madagascar, la mer devient plus courte et croisée ce qui fait rouler Sedna. Le vent souffle à 20/25 noeuds. Nous sommes sous génois seul réduit vent arrière. Le courant et le vent nous poussent à une belle vitesse de 7 noeuds. Pas mal.

La mer courte au sud de Mada

Une dépression se profile, elle devrait nous tomber dessus mercredi. Des, le routeur, nous le confirme et nous affinerons ensemble la stratégie pour la franchir au meilleur endroit.

Echange mail avec notre routeur Des Cason

Lundi 2 décembre - 26°25S 45°07E

Nous avons passé la pointe sud de Madagascar avec un vent d’est de 25 noeuds et une houle très courte (7 secondes de période). Le passage a été assez mouvementé mais tout va bien. A mon avis nous ne sommes pas passés assez Sud, malgré les 1000m de profondeur l’état de la mer n’était pas terrible.

Je crois bien avoir aperçu mon premier albatros de loin, dommage qu’il ne soit pas passé plus près.

Mardi 3 décembre - 26°33S 42°34E

Le vent et la mer se sont calmés. Aujourd’hui sera une journée calme. Demain sera une autre histoire. Le coup de vent de sud est prévu pour demain en début d’après midi, 25/35 noeud de vent de sud et 5m de houle. Sur le papier ça n’a pas l’air terrible mais en vérité je ne sais plus trop à quoi m’attendre dans ces eaux. Cela devrait durer une douzaine d’heures. Si cela est trop dangereux nous partirons en fuite (partir dos au vent et aux vagues), ça sera plus sage. Nous rangeons les choses superflues sur le pont, graissons l’enrouleur de trinquette et puis yala on verra demain.

Mercredi 4 décembre - 26°38S 41°13S

Ha qu’il est loin le temps sous les tropiques avec des alizés constants. La mer est belle encore ce matin avec un vent de sud de 20 noeuds. Le front se rapproche et nous nous tenons prêt pour une journée mouvementée.

12h30, une barre de nuage fait son apparition sur l’horizon, il arrive. Le vent fraîchit a 30/35 noeuds, génois réduit au minimum, Sedna se comporte bien dans les vagues encore petites. Juste le temps de déjeuner « au calme » puis le vent fraîchit réellement, 35, 40 noeuds dans les plus grosses rafales. La mer grossit dangereusement. Des m’a annoncé 5,6m de houle, on doit pas en être loin. Les déferlantes rase le pont, les plus grosses nous tapent sur le flanc violemment mais Sedna tient bon travers au vent. Le vent hurle dans les haubans, personne sur le pont, il vaut mieux rester dans la cabine. Le pilote automatique et les voiles bien réglés font du bon travail. Il est 19h, le plus gros du vent est passé mais la mer est grosse, compliqué de cuisiner un bon dîner alors ça sera cassoulet en boîte. Pas fameux, mais ça au moins l’intérêt de tenir au corps! La nuit tombe, le fracas des déferlantes est toujours aussi fort et d’autant plus impressionnant lorsqu’il fait noir dehors.

Le vent tombe progressivement durant la nuit comme prévu, une vingtaine de noeuds dehors.  Sedna notre équipière de choc a tenu bon, aucune casse à déclarer.

Jeudi 5 décembre - 26°35S 39°12E

C’est agréable quand ça s’arrête et avec le soleil svp! On renvoie un peu de toile pour garder un bon rythme, c’est pas le tout mais on est pas arrivé encore. L’air s’est bien rafraîchit dehors, mais c’est qui sont vraiment loin derrière ces tropiques?!

Je viens encore de voir mon albatros, en est ce vraiment un? j’ai un doute mais celui là avec ses grandes ailes je ne l’ai vu nul par ailleurs, son vol autour de Sedna est sublime.

Il s’agit bien d’un albatros à sourcils noirs.

Vendredi 6 décembre - 27°20S 36°52E

Le vent nous a abandonné pour la journée. Il y a encore une très longue houle venue du sud qui ne permet pas une progression à la voile dans si peu de vent. « On n’est pas d’ici » alors le Volvo reprend du service pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Une journée monotone après l’action des derniers jours. Il ne reste plus que 270 miles jusqu’à Richards Bay. La météo est favorable pour notre arrivée dimanche, nous n’aurons pas le droit aux vagues briseuses de cargos. Heureusement car un coup du vent dans le canal du Mozambique aura suffit.

Des couchers de soleil toujours aussi sublimes…

Samedi 7 décembre - 28°21S 34°21E

Dernière journée de navigation au près, le bateau bien à la gîte qui tape dans la vague. Rien de très confortable dans tout ça! Sedna monte la crête et retombe violemment dans le creux, le gréement vibre à chaque choc. Elle souffre, mieux vaut réduire sa voilure et abattre un peu pour prendre les vagues avec un peu plus d’angle. Vivement que l’on soit à bon port!

Dimanche 8 décembre - 28°37S 32°31E

Terre en vue! Le phare du cap sainte Lucie brille au loin. Toujours au près dans 25 noeuds avec des vagues qui se font de plus en plus petites, les premiers rayons du soleil percent l’horizon. On aperçoit une cote sauvage avec des étendues vertes et des dunes de sables qui descendent dans l’océan. Après avoir tiré nos derniers bords, le chenal du port de Richards Bay est en vue avec ses innombrables cargos en attente pour se faire charger de leur cargaison dans le plus grand port charbonnier d’Afrique.

Le port charbonnier de Richards Bay

Appel radio incompréhensible avec l’opératrice qui gère le traffic dans le chenal du port. Son manque de compétence évident nous fait prendre le chenal à l’aveugle. Nous passons derrière un cargo qui quitte le port en espérant ne pas en croiser un autre.

Approche dans le chenal de Richards Bay.

Nous voila amarrés au quai international réservé au voilier arrivant de l’étranger en attente pour leurs formalités. Aucun officiel en vue. Nous retrouvons au port Pierre et Nils, nos amis bretons sur le voilier LOLA. Pas de stress, ils nous confirment que les formalités peuvent attendre. Parfait! Nous mettons donc le pied à terre à 13h après une traversée de 1386milles, 11jours et 20h en mer avec des conditions météo très changeantes et parfois fatigantes. Une bière fraiche bien mérité à terre nous accueillera en Afrique du Sud!

Join the discussion One Comment

Leave a Reply