Lorsque l’on fait un tour du monde à la voile le choix des routes est infini. Cependant la météo, les saisons et la piraterie en mer limitent le choix des options qui s’offrent à nous. Nous avons opté pour une route suivant les Alizés, programme qui s’adapte le mieux à un tour du monde en 2 ans jugé rapide par beaucoup de tour du mondistes. Mais qu’est ce que sont les Alizés? C’est un vent de force modéré et plutôt constant qui provient majoritairement d’un flux de Nord-est à Sud-est entre les tropiques du Capricorne et du Cancer.

Courants atmosphériques

Courants océaniques

Nous allons faire le tour du monde d’Est en Ouest principalement entre les tropiques. L’Alizé sera donc un atout majeur dans notre parcours et nous aurons peu à remonter face au vent, allure mal aimée des marins car peu efficace et inconfortable.

Afin de définir au mieux le planning des escales, nous avons étudié ce que l’on appelle des « Pilot Charts ». C’est une carte météorologique donnant les statistiques des forces et directions des vents et des courants marins en fonction des saisons. Le livre de Jimmy Cornell « Voyages de grande croisière » résume parfaitement le choix des routes en fonction des saisons fournies par les pilot charts. Il faut donc choisir la meilleure période pour avoir des Alizés établis mais aussi éviter la saison des cyclones dans certaines zones du globe comme dans les Caraïbes, dans le Pacifique et dans l’Indien.

Nous entameront donc la traversée de l’Atlantique durant le mois d’Octobre afin d’atteindre le Brésil. Certes un peu tôt pour entamer une transatlantique car les Alizés ne sont pas tout à fait établis mais cela nous laissera le temps de parcourir le Brésil et la mer des Caraïbes afin d’arriver aux portes du Pacifique au Panama durant le mois de Février. Saison la plus propice pour entamer la transpacifique. Nous franchiront ensuite le Détroit de Torrès afin d’arriver dans l’océan Indien. La piraterie qui sévit dans le golf d’Aden nous empêchera de traverser le canal de Suez et nous serons donc contraint mais non pas à contre coeur de passer les mythiques caps des Aiguilles et de Bonne-Espérance en Afrique du sud que nous franchiront durant l’été austral. Saison durant laquelle Neptune est le plus clément dans ces eaux dangereuses. Le retour se fera ensuite en longeant les cotes Africaines.

Parmi les lectures qui nous ont le plus inspirées durant notre préparation nous citerons :

« Damien autour du monde » de Gérard Janichon – 55 milles de défis aux océans.

« QOVOP » de Baptiste BERTHELOT, Manuel LIZE, William BONNAMY – Quant On Veut On Peut, le tour de monde à la voile de 3 amis.

« Voiles, mers lointaines, îles et lagons » de Bernard Moitessier – Une savoir-faire marin.

« Voyages de grande croisière » de Jimmy Cornell – La bible des routes maritimes.

« Au vent d’Aventure » de Alain Hervé – À la recherche des îles perdues.

Join the discussion One Comment

Leave a Reply